07 jan

La valeur du Temps

Créer des descriptions de postes est souvent perçu comme « un mal nécessaire » et « ingrat », un travail qui deviendrait obsolète à peine terminé. Cependant, tous les salariés souhaitent autant que possible disposer d’une description de poste lors de leur prise de fonction et qui soit régulièrement mise à jour à mesure que leur poste et eux-mêmes évoluent dans l’emploi qu’ils occupent.

Il existe pratiquement autant de méthodes et de formats de descriptions de postes qu’il existe d’entreprises, chaque DRH ayant sa propre expérience de la manière la plus appropriée de décrire les postes, les fonctions… cependant toutes ou presque ont en commun qu’elles précisent rarement les pourcentages de temps que doit consacrer le titulaire de poste à telle ou telle activité dans son poste.

Or préciser les pourcentages de temps, donc d’une certaine manière identifier les « priorités » et les dimensionner autant que faire se peut est important et indispensable pour trois raisons principales :

La première raison est qu’en l’absence d’objectifs qui porteraient sur l’ensemble du champ du poste il devient plus difficile  d’orienter les priorités du titulaire.

La seconde raison est que fréquemment les entreprises mettent en place des modes de fonctionnement qui font une place de plus en plus importante au management de projets. La coexistence de responsabilités permanentes et de projets dans le périmètre d’un poste conduit souvent à créer des confusions quant aux priorités.

La troisième raison est que les entretiens réguliers entre titulaires de poste et responsables hiérarchiques ne sont que rarement la règle pour cadrage, recadrage, définitions des « urgences et des priorités » dans un environnement qui exige des réajustements de plus en plus fréquents et agiles.

Le temps et l’argent sont les deux biens les plus précieux et les plus rares dans le cadre du travail. Aussi, la manière dont chacun consomme son temps chaque jour est révélatrice et prédicatrice d’un certain niveau de performance. En effet, dépenser du temps, par exemple, sur des activités n’ayant qu’un impact réduit sur les résultats du poste se traduit immanquablement par une perte d’efficacité. Or, il s’agit d’une donnée universelle de la psychologie humaine, chacun essaye de dépenser en priorité son temps sur ce qu’il aime faire et plus rarement sur ce qu’il n’aime pas faire, sauf à chercher à « s’en débarrasser ».

Par ailleurs, rares sont les personnes qui suivent régulièrement la proportion du temps qu’elles consacrent à telles ou telles activités en particulier lorsqu’elles sont soumises à des tensions fortes sur les délais ou les ressources, en situation de crise ou d’urgence par exemple.

Le temps dont chacun dispose est naturellement limité. Ainsi la seule option qui soit donnée à tous est de mieux utiliser cette donnée rare afin d’améliorer son efficacité personnelle et par voie de conséquence celle des processus dans lesquels elle est impliquée.

Ainsi, préciser non seulement quelles sont les activités sur lesquelles chacun devrait se concentrer mais aussi affiner les priorités au travers du pourcentage de temps à consacrer à ces activités est-il facteur d’amélioration rapide de l’efficacité.

Contact : b.bouchet@skillandservice.com

Laisser une réponse